Le programme du Parti Outremont

Six thèmes :

1. Financement
2. Transition écologique
3. Démocratie et transparence

4. Services aux citoyens
5. Aménagement du territoire

6. Gestion de l’arrondissement

1. Financement

Rappelons que le budget d’Outremont a été drastiquement réduit par la réforme du financement des arrondissements (RFA), dite réforme Coderre, qui impose depuis 2014 des critères de répartition des revenus de taxes entre les arrondissements qui défavorisent Outremont.

En raison de cette réforme, Outremont ne profite que marginalement de l’accroissement de la richesse foncière qui accompagne le développement du Campus Mil et la réalisation d’importants projets immobiliers sur notre territoire, le budget de l’arrondissement étant pratiquement stagnant depuis 2014. (Voir : Ville de Montréal – Gestion financière – Accueil (montreal.qc.ca)).

A cet égard, les données de la ville révèlent que depuis 2014 les contribuables d’Outremont ont subi une augmentation de leurs charges fiscales qui a été systématiquement plus élevée que dans la plupart des autres arrondissements et de plus du double de l’augmentation moyenne pour Montréal.

Cette réforme, conçue par l’administration Denis Coderre a été très fortement décriée par l’ex-mairesse d’Outremont Marie Cinq-Mars (Les services aux citoyens seront touchés | Le Devoir). L’administration Plante-Projet Montréal n’a pas réévalué les critères de répartition de l’impôt foncier entre les arrondissements de sorte que le problème du sous financement d’Outremont par la ville-centre demeure entier.

Afin de rétablir l’équilibre nécessaire, le Parti Outremont réclamera de la ville-centre :

  1. Une majoration des transferts budgétaires de la ville vers Outremont au moins égale au taux d’inflation. 
  2. Une majoration des transferts budgétaires de la ville vers Outremont qui reflète l’augmentation des revenus de taxes provenant de l’arrondissement.
  3. La prise en compte dans les transferts aux arrondissements des coûts qu’entraîne l’entretien de la forêt urbaine. 
  4. Le transfert des revenus perçus par la ville pour les constats d’infractions émis par Outremont, afin de financer adéquatement l’application de nos règlements sur le stationnement, l’aménagement urbain et le contrôle des nuisances.
  5. Le transfert de la totalité des revenus perçus par la ville pour les permis émis par le service de l’aménagement urbain de l’arrondissement afin de financer ce service.
  6. Nous réaliserons une étude des modalités actuelles et des besoins de financement de l’arrondissement afin d’établir de façon claire dans quelle mesure le mode de financement actuel désavantage Outremont.
  7. Nous n’agirons pas seuls et travaillerons à créer une coalition d’élus d’autres arrondissements pour développer des positions communes et revendiquer avec force de meilleures conditions de financement des arrondissements.

2. Transition écologique

L’équilibre en matière d’écologie urbaine est au cœur de la démarche du Parti Outremont. Notre vision d’un environnement urbain où il fait bon vivre nous mène à inclure dans notre programme l’importance de l’entretien de nos précieux arbres, la réduction des îlots de chaleur, l’aménagement de ruelles plus vertes et la protection de la forêt du Mont-Royal.

2.1. Forêt urbaine et verdissement

Parmi les arrondissements de Montréal, Outremont a la chance de posséder par rapport à sa superficie une forêt urbaine très importante qui forme une canopée au-dessus des zones habitées, créant la fraîcheur durant les périodes de chaleur intense et réduisant les températures. L’entretien, le renouvellement et l’extension de la forêt urbaine constitue un moyen très efficace de contribuer à la réduction des gaz à effet de serre. Nos arbres matures sont de véritables machines organiques à absorber le carbone. Cette forêt urbaine favorise aussi l’absorption des eaux de ruissellement. Il est donc impératif pour Outremont de prendre des mesures de protection de la forêt urbaine et de verdissement de l’arrondissement. Parti Outremont propose donc :

  1. Assurer le renouvellement et l’entretien de la canopée végétale existante en mobilisant le budget nécessaire.
  2. Développer une approche avec l’Université de Montréal pour entreprendre le verdissement des terrains inoccupés du Campus Mil. Développer l’agriculture urbaine sur ces terrains.
  3. Réduire les îlots de chaleur dans les stationnements publics par la plantation d’arbres.
  4. Développer une approche et adopter une réglementation pour réduire les îlots de chaleur sur les grands stationnements privés et ceux des écoles par la plantation d’arbres.
  5. Verdir les murs des bâtiments publics de l’arrondissement.
  6. Tarifer le permis de stationnement selon l’émission de CO2/km du véhicule

2.2. Ruelles vertes

Une large partie de l’arrondissement Outremont est quadrillée par des ruelles qui donnent accès aux stationnements et qui servent à la collecte des ordures ménagères. Contrairement à ce qui se fait dans les autres arrondissements, à Outremont les ruelles sont déneigées à la charge de l’arrondissement.

Nombre de résidents sont attirés par l’idée de verdir leur ruelle afin de les rendre plus agréables et d’y permettre diverses activités de loisir.

La question de la participation et de l’adhésion de la majorité de riverains aux projets de ruelles vertes, ainsi que celle de la prise en charge de l’entretien des aménagements, sont des enjeux importants pour la réussite de ces projets. Les coûts d’investissement varieront aussi beaucoup selon le type d’aménagement.

Sur la base de ces considérations, Parti Outremont compte appuyer les citoyennes et citoyens dans la conception et la mise en œuvre de projets de ruelles vertes au travers des mesures suivantes :

  1. Proposer aux Outremontais des modèles d’aménagement de ruelles vertes et offrir une assistance pour appuyer l’initiation de projets. Les modèles proposés impliqueront des coûts d’investissement raisonnables et des éléments favorisant la durabilité.
  2. Introduire la règle suivant laquelle un projet de ruelle verte doit être approuvé par la majorité des riverains pour qu’il se réalise.
  3. En ce qui concerne l’approche de déminéralisation des ruelles pour drainer les eaux de pluie déjà adoptée par l’arrondissement pour 6 projets, nous ferons, avant de poursuivre dans cette voie, une étude sérieuse des bénéfices et nous limiterons, s’il n’est pas trop tard, sa mise en œuvre à un seul projet pilote qui aura été approuvé par la majorité des riverains.

2.3. Autres mesures de réduction des GES

  1. Étudier l’avenue de la géothermie comme mode de chauffage et de climatisation des bâtiments publics de l’arrondissement ou la conversion à l’électricité.
  2. Privilégier l’achat de véhicules moins énergivores lors du renouvellement de la flotte de véhicules de l’arrondissement.

3. Démocratie et transparence

Au cours des derniers quatre ans, la démocratie a été sérieusement malmenée à Outremont. Pensons à l’absence de consultation sur la refonte du règlement sur le stationnement en 2019 et la tenue de simili-consultations sur divers sujets, dont celui de l’aménagement du parc Outremont, consultations dont les questions biaisaient les résultats.

De plus, les délibérations au conseil d’arrondissement ont été caractérisées par le manque de respect à l’égard de l’opposition et de la population. La période de questions a presque entièrement perdu sa valeur démocratique en l’absence de dialogues entre les Outremontais et le conseil.

Depuis quatre ans, Projet Montréal a pratiqué le clientélisme de façon ouverte. Par exemple le conseil a projeté de céder le terrain public de l’Îlot St-Viateur à des intérêts privés en trompant la population sur ses intentions. De plus, il a accordé un permis qui avait été refusé par l’administration précédente pour l’implantation d’un lieu de culte sur l’avenue Bernard.

La transparence de la gestion de l’arrondissement a aussi été mise à mal du fait que les demandes d’accès à l’information n’ont pas reçu de réponses dans les délais prévus par la loi. 

Afin de restaurer la vie démocratique à Outremont, Parti Outremont propose les mesures suivantes :

  1. Consulter la population par sondage ou consultation publique sur tout enjeu important.
  2. Assurer la tenue des séances du Conseil dans une salle pouvant accueillir toutes les personnes désirant y assister.
  3. Permettre la tenue des séances du Conseil en mode hybride, les questions pouvant être posées par les Outremontais en ligne ou dans la salle. 
  4. Offrir aux Outremontais qui le désirent de recevoir par courriel les avis publics et convocations aux séances.
  5. Garantir l’accès à l’information des données publiques dans les délais requis par la loi.
  6. Rendre publiques les séances préparatoires à la séance du conseil entre les membres du conseil et les fonctionnaires.
  7. Rétablir la période de questions entre élus aux séances du conseil.
  8. Obliger les membres du conseil à tenir et rendre public mensuellement un registre relatant les dates, participants et objets de leurs rencontres avec toute personne ou groupe demandant une intervention ou décision de l’arrondissement.
  9. Rendre publiques les séances du Comité consultatif sur l’urbanisme (CCU).
  10. Produire des états financiers trimestriels afin que les Outremontais puissent suivre l’évolution de la situation financière de l’arrondissement. 
  11. Déposer au conseil un bilan mensuel des plaintes reçues au service 311 afin de pouvoir répondre adéquatement aux problèmes soulevés. (Loi des cités et villes : articles 113 et 114.)
  12. Distribuer aux portes l’information pertinentes aux enjeux de l’arrondissement.
  13. S’engager à ne pas endosser l’augmentation de 20 % de la rémunération des élus réclamée par l’administration Tomlinson.

4. Services aux citoyens

4.1 Stationnement et circulation

  1. Conserver la vignette No 1 sur l’ensemble du territoire afin d’éviter les coûts de remplacement des panneaux indicateurs.   
  2. Tenir des consultations sur l’application des mesures suivantes :
    • Créer des zones à l’usage exclusif des résidents dans les secteurs très sollicités.
    • Permettre le stationnement sans vignette après 19 h et durant la fin de semaine.
    • Porter la durée maximum de stationnement jusqu’à 4 heures.
    • Permettre le stationnement du côté interdit lors des périodes de nettoyage et de déneigement si la largeur de la rue le permet
  3. Autoriser le stationnement sur les entrées situées sur la bande verte qui longe le boulevard Mont-Royal.
  4. Aménager des points d’embarquements spécifiques pour les écoliers qui utilisent les autobus scolaires afin de se conformer aux dispositions du Code de la sécurité routière du Québec (article 432).

4.2. Propreté et nuisances

  1. Imposer le dépôt des déchets dans un contenant fermé et identifié à l’adresse de l’usager.
  2. Augmenter le montant des amendes pour non-respect des règlements sur les nuisances.
  3.  Appliquer de façon plus rigoureuse le règlement sur la propreté.
  4. Étudier la tarification de l’enlèvement des ordures suivant le poids des ordures collectées.

4.3. Gestion du bruit

  1. Pour les chantiers comportant des travaux de forage, réduire les inconvénients pour le voisinage en minimisant le bruit et les vibrations par des méthodes adaptées au site.
  2. Revoir le règlement sur le bruit afin de minimiser la pollution sonore générée pas les appareils mécaniques (climatiseurs, ventilateurs, pompes, filtreurs, souffleurs etc.).

4.4. Sécurité

  1. Revoir le mandat du service de la sécurité publique d’Outremont afin d’élargir son rôle dans l’application des règlements de l’arrondissement.
  2. Réparer et entretenir les trottoirs, en toute saison, pour assurer la sécurité des piétons.

4.5 Parcs

  1. Octroyer le budget nécessaire pour assurer l’entretien des parcs et leur verdissement.
  2. Remplacer la majorité des allées d’asphalte par du gravier fin.
  3. Entretenir le mobilier.
  4. Déneiger certaines allées en hiver.

4.6. Loisirs, culture et sports

  1. Rapatrier les archives d’Outremont dans un local approprié. 
  2. Promouvoir la représentation d’œuvres du cinéma de répertoire au théâtre Outremont.
  3. Rétablir le conseil d’administration de la galerie d’art.
  4. Favoriser l’utilisation de la galerie d’art d’Outremont pour l’exposition d’œuvres d’artistes locaux.
  5. Offrir l’accès gratuit à la piscine et des plages horaires avec des couloirs réservés pour la natation.

5. Aménagement du territoire

  1. Repenser le tracé des pistes cyclables en fonction de leur localisation et de leur achalandage.
  2. Restaurer le corridor pédestre Laurier/Maplewood/Mont-Royal pour mieux circuler entre le haut et le bas Outremont.
  3. S’opposer à la construction d’un pavillon de l’Université de Montréal entre le 1420 avenue Mont-Royal et la salle Claude Champagne conformément à la recommandation de l’OCPM, car cette construction réduirait la couverture forestière du Mont-Royal et entraînerait une perte irréparable sur le plan visuel (https://ocpm.qc.ca/sites/ocpm.qc.ca/files/pdf/P111/rapport-final-campus-udem.pdf, p.70).
  4. Conserver les vues sur le mont Royal.
  5. Conserver le terrain communautaire dédié aux chiens.
  6. Modifier la couleur de l’éclairage des nouveaux lampadaires pour réduire l’éblouissement et l’adapter à la vision nocturne. 
  7. Consulter la population sur l’utilisation du terrain de l’Îlot Saint-Viateur (sur l’avenue St-Viateur entre Outremont et Wiseman).
  8. Consulter la population sur l’avenir de la maison MacFarlane en tenant compte des contraintes légales et financières posées par ce leg à l’arrondissement.
  9. Dans le cadre de la consultation lancée par l’OCPM sur le projet École Mil, déposer un mémoire pour offrir des alternatives à l’installation d’une école à cet endroit et défendre l’entente conclue entre la ville-centre et Outremont sur la superficie du futur grand parc au Nord de l’avenue Stuart, et ainsi maintenir l’offre de services qui y était prévue pour la population d’Outremont.

6. Gestion de l’arrondissement

Tout comme la qualité de la vie démocratique a été affaiblie au cours des derniers quatre ans par l’administration Projet Montréal, celle-ci a également nui à la bonne gestion des affaires de l’arrondissement.

Cette mauvaise gestion s’est manifestée notamment quand le conseil a délégué à la direction de l’arrondissement le pouvoir d’émettre des contrats sans l’approbation du conseil. Cette manœuvre a permis à l’administration Tomlinson d’octroyer pour plus de 100 000 $ en contrats à diverses OSBL mises sur pied par des personnes associées à Projet Montréal.

Un autre élément de la mauvaise gestion est la négligence de l’administration dans le suivi des plaintes des citoyens au 311, plaintes souvent laissées sans suite, alors que la loi exige que la direction d’arrondissement fasse rapport au conseil sur la nature et le suivi des plaintes (Loi des cités et villes : articles 113 et 114).

Afin d’assurer la rigueur de la gestion, Parti Outremont propose de

  1. Revoir les pouvoirs délégués aux fonctionnaires afin que le conseil puisse exercer son droit d’administration (Microsoft Word – R_AO-460_202007.doc (montreal.qc.ca))
  2. Produire un rapport mensuel sur les plaintes reçues à travers le système 311 classées par catégorie, ainsi que sur la suite qui leur a été donnée. 
  3. Établir des critères de performance pour les services rendus, ainsi que le font d’autres arrondissements ou municipalités.